L'île de Lanzarote aux Canaries

Lanzarote, une île volcanique aux Canaries

Passer Noël au soleil

Noel aux canariesPeu de préparation pour ce voyage, je n’avais pas le temps. J’avais juste deux envies : passer Noël avec tous mes enfants et aller au soleil. J’ai regardé quelques blogs dont celui d’Evaneos avec des circuits toujours bien conçus. L’île étant relativement petite, les visites sont assez restreintes. Comme pour Madère, nous avions envie de randonner pour voir de magnifiques paysages et être au soleil !

D’abord il faut savoir que nous avions réservé quatre mois à l’avance nos billets d’avion, pensant qu’ils seraient moins chers (500€). Or, 1 mois avant notre départ, les prix ont chuté à 280,00 € pour la semaine de Noël qui est considéré pour les Canaries comme haute saison.  Inutile donc de se précipiter !

Quant à la météo, elle donnait dans la première quinzaine de décembre, une température de 19 à 21°, elle sera en fait entre 24 et jusqu’à 26° à l’abri du vent…sauf sur une journée où le soleil s’est voilé et le vent d’est s’est levé…et nous étions à 600 mètres. Il y a toujours un peu de vent sur l’île surtout en altitude. J’avais juste une petite veste de polaire, pas de pull et je n’ai jamais eu froid.

Pour l’hébergement, j’ai cherché une location à proximité des plages, ne connaissant pas la configuration de l’île et plutôt proche d’un centre avec un magasin d’alimentation. J’ai éliminé les appartements dans les grands complexes touristiques, je préférais une maison. Elle devait avoir 5 chambres…Au début je trouvais des villas assez luxueuses mais souvent dans des villages un perdus. Magnifiques avec de nombreuses prestations mais sans végétation…J’ai craqué pour la villa Sila… Voyez plutôt :

voyage lanzarotevoyage lanzarotevoyage lanzarote

Arrivés à 20h45 le 21 décembre, nous avons rejoint le point de location de la voiture directement au terminal 2 de l’aéroport. Je dois dire que comparé à la galère de Madère, ce fut extrêmement simplifié. Nous avons donné les papiers de réservation, nos permis, nos passeports et pris la voiture sans aucune autre formalité. Pour information, il s’agit de l’agence CICAR.

Nous voici donc partis au volant de notre Opel zefira 7 places. Caroline était arrivée dès le matin et avait rallié la villa casa sila où elle nous attendait.

J’avais veillé à ce que chaque enfant ait sa chambre parce que justement ce n’était plus des enfants ! Ils avaient aussi chacun leur salle de bain…et des coins salons séparaient les différentes pièces de la maison…Bref, chacun s’installa dans son espace.

 

 

 

 

 

 

Et enfin celle de Nelson et moi que j’avais pris soin de choisir avant de partir ! Car c’était la seule qui donne sur la terrasse. ce qui m’a permis de voir de très beaux levers de soleil…

Après la maison, qui était ornée de décorations de Noël, je pars à la découverte du jardin dès le lendemain matin à l’aurore puisque ma chambre avait le soleil levant…

Magnifique.

voyage Lanzarote

soleil levant Lanzarote

voyage lanzarote

Quand la terre s’ouvrit à Lanzarote

Lanzarote, une des îles de l’Archipel des Canaries, est une terre espagnole. Titerogakat  d’étymologie berbère, est son nom en guanche, premiers habitants de l’île. C’est aujourd’hui une réserve de biosphère reconnue par l’Unesco grâce principalement au parc national de Timanfaya qui regroupe une chaîne de volcans.

Le 1er septembre 1730, en soirée, à quelques kilomètres de la ville de Yaiza, à l’emplacement du petit village de Timanfaya, la terra gronda pour laisser s’élever une montagne de feu qui cracha de la lave et des flammes durant dix-neuf longues journées.

C’était le début d’un déluge de braises rougeoyantes, d’explosions et de tremblements de terre, qui ne cessèrent de secouer l’île que cinq années plus tard, le 16 avril 1736.

Ce sont aujourd’hui 300 cône de volcans qui sont parsemés sur l’île.

Ce n’est pas si lointain et l’on peut encore aujourd’hui constater l’immense fusion dans les entrailles de la terre quand on visite le parc de Timanfaya.

Un guide enflamme des herbes en les approchant d’un trou et fait jaillir un geyser immédiatement après avoir versé de l’eau dans un autre trou…volcan timanfaya

Mais revenons au commencement de notre voyage.

JOUR 1

Randonnée à  la Caldera Blanca – Détente à Puerto Del Carmen.

Pour la première journée, nous décidons de faire la caldera blanca, une randonnée qui grimpe dans le cratère d’un volcan effondré, dont on peut faire le tour.

Le départ du chemin se trouve à droite de la route LZ 67 qui mène au parc de Timanfaya, juste à la sortie de la localité de Mancha Blanca. Le paysage est impressionnant, un champ immense de lave noire qui s’étend sur l’horizon, hérissé de crêtes déchiquetées et sans vie…

Randonnée Caldera blanca-Lanzarote

 

 

 

coulée lave lanzaroteEt quand on s’approche un peu plus, on découvre du lichen, touches minuscules vertes ponctuant les roches. Le chemin serpente, grossièrement taillé avec des blocs de basalte plus ou moins gros. Il faut regarder où l’on met les pieds car le sol est très irrégulier.

Sans crier gare, dans le chaos de basalte, la vie reprend ses droits éclaboussant le noir de son vert tendre.cactus-caldera blanca-Lanzarote

 

 

chemin vers la caldera blanca

Nous marchons pendant 3 kilomètres dans cet océan de lave figé depuis trois siècles, sans que le paysage ne change.Le chemin est ponctué de panneau d’information sur la formation des roches magmatiques.

Encore au loin, les deux cônes convoités s’enrobent de lumière.

Volcan Caldera Blanca-Lanzarote

Les minutes s’égrenant,   le volcan de la caldera blanca se rapproche. Une fois dépassé le chaos aux entrailles stériles, le chemin s’ouvre sur deux voies, séparées par un îlot de verdure : l’un à gauche va vers la Caldereta (la petite chaudière) où une ouverture sans ascension permet de pénétrer directement dans le cratère. Le fond du volcan est riche des sédiments accumulés qui sont propices à la culture à l’abri des vents dominants.

À droite le chemin s’en va vers la caldera blanca. Après quelques minutes de marche, sur la gauche grimpe le sentier qui rejoint une sorte de plateau posé au flanc du volcan. Se trouvent là deux enceintes empierrées qui accueillirent certainement en leur temps des activités humaines abandonnées (derrière nous sur la photo).

Mon regard se porte sur de gigantesques trous béants provoqués par des effondrements de terre dans la montagne. Ayant lu auparavant des alertes sur la friabilité des volcans et des possibles glissements de terrain, je mets en garde Mathieu toujours prompts à aller explorer la moindre cavité !

Effondrements terre-caldera blancaNous laissons à cette petite étape Marion et Caroline qui préfèrent ne pas aller plus loin et continuons notre ascension.

La pente de la montée est douce. Par endroit, le chemin est un couloir de roche.

Nous sommes presque arrivés au bord du cratère, je me retourne pour regarder en bas, voire notre progression…Les enceintes empierrées se discernent nettement maintenant et Caroline et Marion sont égales à deux petites fourmis, assises à côté d’elles !

Randonnée caldera Blanca-Lanzarote

 

Je m’approche mais cela grimpe toujours, le panorama est d’une beauté à couper le souffle. Je vois au loin les vagues qui lèchent les côtes de la plage del islote et le pied du volcan Teneza

randonnée caldera blanca

et bientôt nous arrivons à l’entrée du cratère dont le diamètre est impressionnant : 1150 mètres. Nombril de Lanzarote, il s’ouvre à notre regard. On distingue des silhouettes qui comme des fourmis se suivent sur la crête.

cratère caldera blanca

 

cratère-volcan-lanzaroteSelon un blog consulté, il ne fallait pas partir par la gauche à cause d’effondrements récents du chemin…Nous entamons donc le tour par la droite…mais assez vite je me rends compte que le chemin devient très escarpé, je me casse d’ailleurs la figure.

caldera blancatour du cratère volcanEt là, alors que j’aurai pu le remarquer bien avant, le groupe d’espagnols qui était juste devant moi est parti vers la gauche et semblent ne pas rencontrer de difficultés !

Je dis aux enfants de faire demi-tour et de repartir par la gauche…

Nelson et Joséphine grimpe sans difficulté tandis que Mathieu et moi commençons à souffrir de la hanche. Je décide de continuer jusqu’à voir le paysage à l’ouest…Enfin le panorama s’offre à moi et je décide d’arrêter l’ascension et de redescendre.

Panorama sommet volcan caldera blancaTant pis mon Everest ne sera pas atteint ce jour-là. Ce n’est que le premier jour et je ne veux pas prendre le risque de me blesser pour les autres jours. Mathieu me suit. Alors que nous cheminons côte à côte, il repère une coulée brune en bas du volcan, sillonnant entre la Caldereta et la Caldera Blanca dont la couleur tranche nettement avec la couleur claire des flancs des deux volcans. Il me laissera pour aller y voir de plus près…

Nelson et Joséphine pour poursuivre l’ascension jusqu’au sommet du volcan. la flèche noire montre l’emplacement du chemin d’arrivée sur le cratère.

Volcan caldera blanca-Lanzarote

 

vue sud ile lanzarote

Le centre de l’île est parsemé des nombreuses montagnes et volcans. Ils sont posés sur la brume au loin.

Après 1 heure de descente, je rejoins la voiture rattrapée par Joséphine et Nelson qui ne voulant pas nous faire attendre et ayant aussi une faim de loup sont revenus à un rythme soutenu. Mais pas de Mathieu. On l’appelle : j’arrive et effectivement quelques minutes plus tard, il s’engouffre dans la voiture, direction « Asador Grill Tinguatón », un restaurant qu’indique le précieux google !

Nous sommes dimanche et le serveur hésite à nous placer. Nous comprenons pourquoi, ce restaurant accueille principalement des habitants qui s’installent au fur et à mesure sur les grandes tables et commandent ensemble…Toutefois comme nous sommes arrivés tôt (13h30 c’est tôt pour les espagnols), ils nous placent à une table.

Vite une bière !

Le repas sera très bon à base de viandes grillées.

Nous repartons repus.

Le soir, malgré notre légère fatigue, nous aspirons à voir les alentours de Macher. Direction Puerto del Carmen : Un port touristique sur la côte sud de l’île. N’étant qu’à 6 kms de la villa, ce n’est pas long avant d’arriver sur le port.

Des pères Noël motards ont envahi la place, nous fuyons. on fait vite le bord de mer avant de retourner à la villa parés pour les visites du lendemain.

JOUR 2

Timanfaya Dromadaires-El golfo-Salinas-Laguna verde-Papayago-Playa Blanca-

Marion n’ayant jamais eu le plaisir de monter sur un dromadaire, et Joséphine voulant  renouveler son plaisir de grimper sur le dos de ce sympathique animal, on va se plier à leur souhait !

On avait repéré la veille en passant devant, qu’il n’y avait personne à 9 heures le matin, donc nous décidons de commencer par ça : direction le parc de Timanfaya. Bonne surprise, les prix affichés sur les blogs n’ont rien à voir avec ce que l’on payera : 6€ par dromadaire soit 3€ par personne. À ce prix là on peut se laisser aller à cette petite balade de 20 minutes.

Dromadaire-Timanfaya

 

Nous reprenons la route pour la côte ouest de l’île. Passant par Yaïza, j’en profite pour aller à la pharmacie…souvenez-vous, j’ai chuté en haut du volcan et Caroline s’était cassé la figure dans l’aéroport…Une petite photo de cette jolie bourgade au pied des volcans.

voyage canaries

 

Des cactus magnifiques sont partout sur l’île, agrémentant de leur vert tendre  la mosaïque des couleur Bleu de la mer, rouge-marron des volcans, blanc des maisons, noir de la lave…

voyage lanzarote

 

Après cet intermède, nous partons vers El Golfo. Les volcans sont tout près de la côte à cet endroit.

Lanzarote voyage Lanzarote

 

C’est un village très touristique où les roches de lave pétrifiée  de la côte affrontent  les vagues souvent fortes de l’océan. Il n’y a que très peu d’habitants à El Golfo dont certains sont des pêcheurs. Leurs barques sont sur la petite plage protégée des tourments océaniques. De nombreux restaurants bordent la plage.

LanzaroteLanzarote voyage

 

Il y a beaucoup de monde, sur le parking plusieurs cars de touristes attendent leurs passagers. Nous nous avançons vers les rochers. Au sol des cailloux de lave sur un chemin en pente…mon pied roule et je tombe sur le coccyx. Ayant l’appareil photo dans les mains, je n’ai pas pu amortir la chute avec les mains… passé la première douleur, je me rapproche pour admirer ce  spectacle  magnifique, devant lequel je pourrais rester  des heures…El Golfo-Lanzarote

Lanzarote

 

Quand on est arrivé, un car bouchait la vue du sentier menant à la Laguna Verde et nous la ratons…Nous reviendrons après avoir déjeuné au restaurant “El mirador de las salinas”, une très bonne table qui se trouve au dessus des salines de Janubio.

Autrefois, cette lagune était ouverte sur l’océan et il y avait un port naturel qui a été ravagé lors des éruptions de Timanfaya. Une barre de sable volcanique s’est alors formée, enfermant la lagune actuelle.

Lanzarote

En revenant sur El Golfo, nous apercevons cette empreinte géologique de deux couches de laves différenciées formant un superbe contraste

Lanzarote

De retour sur le site, nous montons le sentier pour découvrir la fameuse Laguna Verde…et je ne regrette pas d’être revenue sur nos pas. C’est grandiose. Ce sont des algues vertes , comme on s’en serait douté! qui colorent l’eau de cette lagune. Nous y reviendrons une troisième fois pour voir le soleil s’y coucher. Malheureusement n’ayant pas l’appareil photo je n’ai pu immortaliser les couleurs ocres du soir.

El Golfo-Lanzarote

 

LanzaroteDu haut du belvédère de la lagune verte, on voit parfaitement la plage et une coulée de lave caractéristique qui s’enfonce dans la mer.coulée lave ocean

 

Descente vers le sud de l’île à la plage paradisiaque selon les blogs touristiques de Papagayo. Sur la route, à la vue de certaines maisons, on pourrait se croire au Mexique !voyage aux canaries

 

Nous voici arrivés à la plage de Papagayo après avoir parcouru une très longue route cabossée en terre…et payé un droit d’entrée de 3€ par voiture pour approcher des plages. Il parait que c’est une réserve ornithologique…Ah bon! on verra un pauvre piaf sur le parking à la recherche de miettes laissées là par les très nombreux touristes. Bref vous l’aurez compris, ce site me laisse frigorifiée…D’ailleurs après s’être garés, que voit-on…Bagdad!

Lanzarote

Donc voilà la fameuse plage de Papagayo, dont les qualificatifs sont dithyrambiques…

Lanzarote

Par contre les promontoires rocheux offrent un très beau point de vue sur l’ensemble des plages.Lanzarote

Lanzarote

LanzaroteLes cafés de Papagayo, le Saint-Tropez de Lanzarote..

Lanzarote

Le vent s’est levé et autant en début d’après-midi j’aurai bien piqué une tête, maintenant, je supporte bien mon polaire. Nous quittons la plage vers 17h30, le temps de se diriger vers Playa Blanca, une grande station balnéaire, pour assister au coucher de soleil.

Au loin, l’île de Fuerteventura dans la brume du soleil qui décline.

Lanzarote

Nous arrivons juste à temps pour assister au spectacle exceptionnel du coucher de soleil sur fond de l’île de Fuerteventura.

Lanzarote

Lanzarote

Playa Blanca-soleil couchant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JOUR 3

Jameos del agua – Cueva de los Verdes – Bano à Orzola – Jardin cactus- Puerto del Carmen.

Le troisième jour est consacré aux oeuvres touristiques pensées et harmonisés par Cesar Manrique, qui a laissé partout sur l’île trace de son inspiration créatrice. Ainsi, pour la journée, nous visiterons trois des sites aménagés par cet artiste et habitant passionné de Lanzarote.

Tout d’abord, Jameos del agua et cueva de los verdes, sont des cavités distantes de 1 kilomètre seulement. En effet, leur formation est le résultat de l’activité éruptive du volcan de la Corona qui a formé un vaste tunnel volcanique de plus de 6 kilomètres de long entre le cône volcanique et l’océan. Deux des plus importants centres de tourisme de Lanzarote sont installés dans deux parties de ce tunnel. En amont, la Cueva de los Verdes dont la visite souterraine se fait sur plus d’un kilomètre et en aval, les Jameos del Agua, un tunnel ouvert dont l’environnement a été aménagé par Cesar Manrique.

Sachant que ces sites sont très populaires et très fréquentés, nous désirons y être dès l’ouverture qui est à 10 heures le matin sauf que j’avais mal regardé et j’avais retenu 9h30…Ce n’est pas grave, l’endroit est très beau et nous partons nous balader sur le bord de mer, d’autant qu’un chemin a été aménagé pour aller voir la mer.

Lanzarote

Là encore, la plage est façonnée par les rochers de basalte. Au loin se dessine le rocher “del este”. C’est ce que nous dira plus tard le serveur d’un bar à qui nous avons posé la question.Lanzarote

Nous remontons vers l’entrée du site un peu avant l’heure d’ouverture. Bien nous en pris car déjà des personnes attendaient au guichet. Nous avons l’intention d’acheter le pass pour 6 entrées des endroits emblématiques de Lanzarote. Il n’est vraiment pas cher (33 euros pour six visites) et pour une famille de six personnes comme nous le sommes cela fait quand même une économie d’une soixantaine d’euros. Il existe pour 3-4 ou 6 sites.

Bref nous attendons l’ouverture, 10h moins une minute …Une file interminable de touristes accompagnée de leur guide arrive et entre avant nous…Et merde!

Donc à retenir, cela ne sert à rien de venir tôt, les autocars des tour operator ont la priorité partout où nous sommes allés, y compris dans le parc de Timanfaya. Et en l’occurence, la visite de Jameos del agua commence avec un petit escalier en colimaçon et l’effet de foule est désastreux pour le découvrir.

Nous avons un peu rusé…Il y a un bar à l’entrée, après l’escalier. La place étant envahie des touristes du car, nous avons choisi de laisser passer la vague, d’autant que la guide parlait très fort pour tout expliquer. Nous avons tranquillement bu un café pour après découvrir le site où bien sûr il y avait d’autres personnes mais le flux était moins dense que le peloton du car…

Nous pouvons plus au calme découvrir l’harmonie de ce lieu…de la végétation émerge par endroit des parois noires tandis qu’un superbe cactus darde ces bras vers le ciel.

Lanzarote

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cactus lanzarote

 

Végétation Lanzarote

 

 

 

 

L’escalier mène à une sorte d’esplanade, début du tunnel de lave avec en prolongement un lac souterrain, le Jameo grande…Des effets lumineux courent sur l’eau suivant l’entrée du soleil dans l’orifice du toit de la caverne. C’est là que l’on peut observer les crabes (Munidopsis polymorpha ) blancs et aveugles.

crabes (Munidopsis polymorpha)

visite cesar manriqueLa sortie du Jameo Grande s’effectue par une succession de terrasses en pierre volcanique.

Des centaines de plantes savamment agencées pour mettre en valeur les contrastes, vous accueillent sur le chemin qui mène à la piscine, illuminant cet espace blanc éclaboussé de turquoise.

Végétation Lanzarote

Lanzarote-cesar Manrique

 

jameos del agua

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lanzarote

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus loin on retourne dans les entrailles de la terre et découvrons une superbe salle de concert de 600 places où l’acoustique  est exceptionnelle. Deux escaliers permettent de quitter le bas pour accéder à une terrasse offrant un magnifique point de vue sur les volcans au loin. et à la Casa de los Volcanes, centre scientifique destiné à l’étude de la volcanologie.

jameos del agua

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes à la fin de cette magnifique visite qui se conclut par un passage à la boutique où j’achète un livre sur le journal d’un curé qui a relaté en détails les éruptions volcaniques de 1730.

Quand nous ressortons sur le parking, le nombre de voitures a considérablement augmenté…

Après 1 minute, nous arrivons sur le parking de La cueva de los Verdes où un préposé au placement nous indique où nous garer. Il y a du monde. Je sais, pour l’avoir lu sur les flys de tourisme, que la visite est accompagnée d’un guide.

Quand nous nous présentons au guichet, il y a 10 minutes d’attente pour la prochaine cuvée…Ayant vu Las Grutas de San Vincent à Madère, qui sont également des couloirs de lave, je me dis que la visite sera du même genre. Effectivement, le principe est le même à savoir une coulée de lave qui a creusé un tunnel long de 7 kilomètres mais il est beaucoup plus spectaculaire qu’à Madère et vaut la visite surtout à la fin…mais n’en disons pas plus pour ne pas spoïler l’effet de surprise, réservé aux visiteurs.