La baron Haussmann

Baron Haussmann
Jan 11 2017

La baron Haussmann

Le baron Georges Eugène Haussmann

Baron Haussmann

Georges Eugène Haussmann (1809-1891) est connu pour avoir, lorsqu’il était Préfet de la Seine, dirigé les grands travaux qui firent de la capitale une des plus belles villes du monde. Mais la Baron Haussmann s’est appuyé sur un plan déjà établi par la commission Simon, dirigée par l’homme du même nom: Henri Comte Siméon (1803-1874), homme politique et industriel. En effet ce dernier réalise le schéma directeur de l’embellissement de Paris.

Les travaux débutèrent sous deux préfets de la Seine, prédécesseurs de Haussmann: le comte de Rambuteau et Jean-Jacques Berger.

 La carrière d’Haussmann

Issu d’une famille anoblie par l’Empire grâce à la carrière militaire de son grand-père maternel, le jeune Eugène fait ses études au lycée Condorcet puis poursuit ses études de droit.

Dès l’âge de 22 ans, il est nommé secrétaire Général de la Préfecture de la Vienne puis devient sous-préfet à Yssingeaux, l’année suivante. De 1832 à 1851, il enchaîne les postes dans les sous-préfectures (Lot-et-Garonne, Ariège, Gironde, Var, Yonne) avant de rejoindre Paris en juin 1853 comme Préfet de la Seine.

Quand il était en charge en Gironde, il fit ses armes en aménagement du territoire, en programmant des travaux conséquents: des lignes de chemin de fer et des usines ont été construites, de nombreuses voies ont été percées avec l’adduction canalisations d’eau et de gaz (Bordeaux) et la pointe de Grave a vu ses défenses renforcées. Sur le plan social, il met en place un système d’allocation pour les mères indigentes.

 La mission de sa vie: Embellir Paris

Dès son arrivée, l’Empereur Napoléon III, attend de lui que Paris soit embelli et assaini à l’image de la capitale londonienne. En effet, lors de son exil l’Empereur avait été favorablement impressionné par la reconstruction de Londres après le terrible incendie de 1666, la ville étant devenue un modèle de modernité et d’hygiène. Tandis qu’en ce milieu du XIXe siècle, Paris n’a guère évolué depuis le Moyen-âge, et n’est encore qu’un lacis de rues sombres et étroites où règne l’insalubrité.

La mission qui échoit au baron Haussmann tient dans la phrase: “Paris embellie, Paris agrandie, Paris assainie.”

Une volonté par deux idées maîtresses:

1/ Apporter à la capitale une meilleure organisation des flux (transports de marchandises et des hommes) afin d’améliorer le développement économique et d'”aérer” la ville afin que la gestion de l’air et de l’eau rejoigne les conceptions hygiénistes des “lumières” très en vogue à l’époque. Paris avait subi une épidémie de choléra en 1832, encore très présente dans les mémoires.

2/ Éclater le centre de Paris et faire de grandes voies permettait également de prévenir les insurrections, les troupes armées pouvant mieux intervenir. Paris se soulevait fréquemment (1830 et 1848) et éparpiller les habitants des quartiers populaires était un des moyens de faire régner l’ordre.

Travaux haussmann Paris

source photo: wikipedia

 Les grands travaux

Haussmann, sans état d’âme, durant 18 années, restructure Paris en créant d’immenses percées qui deviendront les grands boulevards et les grandes avenues: les lignes droites transpercent Paris de la place de la Nation à la place Charles de Gaulle et de la gare de l’est à l’observatoire.

Parallèlement, il crée de nombreux parcs et squares: 1 square par quartier (80) en plus du parc des Buttes-Chaumont et du parc Montsouris et aménage les bois de Vincennes et de Boulogne. Tous ces nouveaux espaces devant permettre aux habitants de profiter des lieux dédiés à la promenade.

Transformation Paris Empire

Ancienne carrière avant le parc des Buttes Chaumont. source photo: http://www.unjourdeplusaparis.com

 

Mais au-delà de ces gigantesques travaux, le Baron Haussmann est à l’origine de l’homogénéité esthétique de l’architecture des immeubles de Paris. En effet, il imposa aux propriétaires des normes de construction très strictes favorisant l’émergence de l’immeuble de rapport et la construction d’hôtels particuliers.

La Seine n’est pas exempte de transformation et de nouveaux ponts sont construits ou reconstruits.

Il édifie: les églises de Saint-Augustin et de la Trinité- les gares de l’est et de Lyon- le théâtre de la ville et celui du Châtelet- les abattoirs de la Villette- et aménage le Parc des Princes.

Sans compter bien sûr la création de circuits d’adduction d’eau et un réseau de canalisation des nouveaux égouts.

 

Enfin il repousse la ville à l’ancienne enceinte de Thiers et de fait Paris absorbe 11 communes (Belleville-La Villette- Vaugirard-Grenelle et la majorité du territoire de La Chapelle, Montmartre, Batignolles-Monceau, Charonne, Passy, Auteuil et Bercy.

 Le bilan de la transformation de Paris

Cet embellissement a un coût: 510 millions de francs (25 milliards d’euros) qui sont réunis grâce à une prêt en plus d’investissement spéculatif de 400 millions de francs en bons de délégation (gage sur la valeur des terrains acquis revendus par la ville).

Le bilan global est la démolition de 18 000 maisons entre 1852 et 1868 et une ville modifiée à 60 % de son territoire! Les travaux réalisés à Paris ont inspiré nombre de villes dans l’amélioration de leurs habitat: Marseille, Avignon, Montpellier, Lille, Rouen, Angers, Toulouse, Dijon, Nîmes, Toulon et Lyon.

Travaux parisiens sous l'empire

source photo: lefigaro.fr

 

La réussite de la mission du Baron Haussmann a entraîné la remise de plusieurs distinctions (Académie des Beaux-Arts- Légion d’honneur- Médaille grand-Croix).

Toutefois, cette réussite est contestée à cause des méthodes employées d’expropriation d’une part et des spéculations immobilières douteuses qui a réé une bulle financière à l’origine du krach financier de 1873.

De plus, les normes de standards élevées ont de fait écarté nombre de petits propriétaires qui n’ont pu suivre, entraînant l’exclusion des classes populaire du centre de Paris.

Enfin, une recrudescence du paludisme a émergé pendant les travaux du fait des creusements entraînant mares et flaques d’eau pendant de nombreux mois.

 

Le Baron Haussmann finit sa vie près de Bordeaux où il écrivit ses mémoires qui reste un ouvrage précieux sur l’urbanisme de Paris.